Marque Jaune
Chef d'œuvre de BD qui fit la joie de la jeunesse des années 60 et des industriels de la craie à la même époque. Certains témoins nostalgiques de la période pré-Trondheimienne se rappellent encore, la larme à l'œil, l'ambiance passionnée causée par la lecture de cette histoire mettant en présence un invincible homme en noir (mais non amateur de chauves-souris) face à deux héroïques sujets britanniques au charmant langage un peu désuet.
Depuis, la jeunesse a découvert l'informatique et se vautre dans la vacuité mentale en égorgeant par tombereau entier des extra-terrestres à l'aide de leurs consoles japonaises, avant de se finir les tympans aux bramements de lolitas du hit-parade tout en s'extasiant sur la dernière livraison d'un énième album de Lanfeust. C'était bien la peine de sauver la planète des Jaunes, tiens !
(note de l'auteur : faut pas faire attention aux vieux, ils ne savent pas ce qu'ils disent. La preuve, la dernière phrase concerne un autre album de cette série mythique dans laquelle d'ailleurs l'auteur s'était lui-même un peu mélangé les pinceaux).

Mortimer
Intrépide héros au visage buriné, au regard fier mais non dénué d'une certaine malice, et aux coutumes amusantes (il passe son temps à hurler "par Horus demeure" dès qu'il croise un individu patibulaire).
Magnifique athlète un peu enveloppé, arborant une superbe barbe, cet originaire d'une région nordique exerce ses (nombreux) talents dans le domaine technologique. Mortimer a été souvent vu parcourant les rues des capitales européennes, ainsi que les années 50 à nos jours, en compagnie de son inséparable ami et camarade, le capitaine Blake avec lequel il entretient une vieille amitié d'anciens tireurs de sonnettes ainsi qu'un goût certain pour les cigares et les whisky hors d'âge.