favorites

Mes cases favorites 

awayrule.gif (2332 bytes)  awayrule.gif (2332 bytes)

 





  

Ceci est un petit espace réservé à certaines de mes cases préférées parmi mes albums de bandes dessinées, tous auteurs confondus.

Je les ai choisies soit parce que je les trouvais belles ou drôles ou encore parce qu'elles m'avaient marquées à un moment ou un autre de ma vie de lecteur de bandes dessinées. Parfois il ne s'agit pas vraiment d'une case mais d'une illustration ou d'une séquence représentative de l'album mais pas nécessairement choisie pour sa beauté graphique.

Certaines font rêver et d'autres réfléchir, ce qui prouve si besoin était encore que la BD, ce n'est pas uniquement des petits dessins en couleur sur une feuille de papier.

Il est bien entendu que ce choix est tout à fait subjectif et que bien d'autres cases pourraient s'y retrouver. J'ai d'ailleurs eu beaucoup de difficultés à choisir les dix premières.

J'ai également essayé d'indiquer pourquoi elles s'y trouvaient, libre à vous de me laisser votre opinion ou de me soumettre un autre choix, toutes les opinions étant respectables.

Choisir est parfois une chose cruelle...

Marc

 

Jacobs

Jacobs - Le Secret de l'Espadon

 

LA case qui a traumatisé une génération de lecteurs !

Il faut avouer que personne jusqu'alors n'avait osé toucher à ce symbole qu'était la Tour Eiffel et l'impact n'en a été que plus grand.

Jacobs touchait là à quelque chose de concret, que les gens connaissaient et aimaient et la voir cassée en deux ne pouvait que choquer et faire prendre parti pour les héros de l'histoire, du jamais vu en tout cas.

Mais sans rire, imaginez que demain au JT, vous découvriez la Tour Eiffel dans cet état-là, quelle serait votre réaction ?

Je me demande si Jacobs s'est rendu compte de l'impact que ce dessin allait avoir lorsqu'il l'a créé ?

Une série immortelle !

 

 

 

Franquin

Franquin - Panade à Champignac

Là je pense que ça se passe d'explication, il suffit de lire le texte, de se rappeler le contexte (Zorglub retombé en enfance) et de voir à quel point Maître Franquin pouvait pousser l'absurde au niveau des dialogues et des situations (la description de Fantasio est quand même exacte !).

Un grand éclat de rire !!!

 

 

 

Gotlib

Gotlib - La Rubrique à Brac

Une de mes plus grandes "claques" en matière de BD !
D'abord, le fait de trouver ce genre de sujet dans la Rubrique à Brac jette un froid mais l'impact en est d'autant plus fort.
Pour ceux qui ne connaîtraient pas, ce dessin est le premier de la planche de gauche, le reste des 2 pages racontant comment un sujet d'actualité pénible peut en quelques semaines devenir un sujet de blague ou de dérision au travers des média...et l'analyse est VRAIE !
Le dessin de l'enfant revient à chaque bande mais de plus en plus petit et arrivé à la fin, il est quasiment invisible face au dialogue débile du présentateur télé.

L'ultime dessin est le même que le premier, il a la même taille et n'a plus de commentaire...inutile je pense : pour l'enfant, rien n'a changé !

Personnellement, je trouve ces 2 pages extraordinaires de vérité et beaucoup plus efficaces qu'un certain "Tango" plus récent !!!

 

 

 

Rosinski

Rosinski - Thorgal : Au-delà des Ombres

 

Oh ! Qu'elle est belle cette couverture !

Et de plus elle "colle" parfaitement au contenu de l'album : Thorgal perdu entre 2 mondes avec la présence de Shaniah à ses côtés, éperdue d'amour pour lui et prête à tout pour qu'il s'intéresse à elle.
Mais contrairement à beaucoup de héros de BD, elle, elle aura le courage d'aller jusqu'au bout de son rêve, malheureusement dans son cas, ce sera un cauchemar...

Pour moi la meilleure histoire de la série, très différente par son côté onirique, très sensible et touchante aussi, le personnage de Shaniah, malgré ce qu'elle fait, nous reste longtemps en mémoire...

Le meilleur Thorgal ???

 

 

 

Bourgeon

Bourgeon - Les Passagers du Vent

Une case superbe, qui clôture quasiment le cycle des Passagers du Vent.

Pour ceux qui l'ont découverte à l'époque, rappelez-vous le choc et la nouveauté que représentait cette bande dessinée. Un véritable roman mis en images, des personnages inoubliables, un monde nouveau et cruel à une époque qui ne l'était pas moins. Exotisme, érotisme, aventure, cruauté, générosité, amour, trahison, drame, rire, émotion, amitié : on trouve tout ça dans cette série qui est de plus merveilleusement dessinée.

Un bijou du 9e art !

 

 

 

Hermann

Hermann - Comanche : Le ciel est rouge sur Laramie

Ici aussi, une des dernières cases de l'album. Ce n'est peut-être pas la plus belle mais la plus symbolique. Elle représente l'aboutissement du voyage de Red Dust à la recherche du dernier "Loup du Wyoming", véritable animal tueur. L'éventuelle hésitation sera balayée par la vision de l'image de ces morts, souvent innocents, rencontrés au long de la poursuite et bien que sachant quelles en seront les conséquences, Dust ira jusqu'au bout. Pas aussi courant qu'on pourrait le croire...

Personnage très attachant car vulnérable, Red Dust reste à ce jour pour moi le meilleur d'Hermann qui avec cet album était vraiment au sommet de son art !

Très fort !

 

 

 

Tillieux 

 

A déguster...

 

Tillieux - Gil Jourdan : Les cargos du Crépuscule & La voiture immergée

Ici, c'est l'ambiance qui prime !
Regardez l'atmosphère qui se dégage de ces 2 cases, c'est humide, c'est sombre, ça a une odeur...on y est !

C'était la force de Tillieux de pouvoir créer ce type d'atmosphère familière et mystérieuse à la fois. Il s'attachait à de petits détails en apparence anodins mais qui avaient toute leur importance (le chat, les ombres sur les murs, les affiches déchirées...). C'était vraiment le polar noir transposé en BD et je ne vois personne d'autre ayant réussi à faire passer ce climat aussi bien que lui.

De plus, l'humour était omniprésent et ses scénarios solides...des grands classiques à relire souvent et (pour une fois) à décortiquer !

Tillieux

 

 

 

Dany

Dany - Histoire sans héros

Un autre choc ! Du grand Van Hamme ! Et dire que ça a plus de 20 ans !

Un scénario "différent", effectivement sans héros mais une histoire crédible avec des personnages confrontés à une situation exceptionnelle, de celles qui font resortir les instincts et la vraie nature des gens. L'histoire était racontée sur un rythme rapide, sans temps mort mais tout avait eu le temps de se mettre en place pour le final. Et c'est là que le choc apparut : on n'avait pas l'habitude que les personnages attachants meurent ou ne s'en sortent pas et c'est ce qui a rendu cette BD peut-être plus "vraie" que d'autres. De plus Dany se trouvait là à des lieues d'Olivier Rameau et montrait une autre facette de son talent.

Le chef d'oeuvre de Dany ?  Un grand album à coup sûr...

Dany

 

 

 

Schuiten

Schuiten - La fièvre d'Urbicande

J'avoue que ce n'est qu'assez tard que j'ai été confronté à l'univers particulier de François Schuiten.

Si les scénarios de Peeters sont parfois un peu ardus à suivre voire quasiment hermétiques pour certains, il faut avouer que les décors créés par François Schuiten ont de quoi faire rêver ou du moins de quoi faire travailler notre imagination.
Les proportions de ces décors, leur architecture originale et même l'éventuelle froideur qui s'en dégage font partie d'un univers propre à cet auteur vraiment à part. De plus on ne s'en rend pas compte ici mais la couleur est un élément primordial dans son oeuvre.

Chaque album est un véritable "voyage" mais demande au lecteur une certaine participation pour en retirer le maximum de sensations.

A (re)découvrir donc...

 

 

 

Debarre

Debarre - Joe Bar Team

Un de mes plus grands éclats de rire !

Même si la moto n'est pas une de vos passions, cet album mérite votre attention.
Le dessin a subi une très forte inspiration franquinesque (ou franquinienne ?) mais sans plagiat éhonté et il "colle" très bien aux gags en 1 ou 2 planches.
Ces malades des 2 roues sont tellement déjantés et inconscients qu'on ne peut qu'en rire (souvent) et se dire qu'au fond, "des comme ça", il doit en exister...je l'espère en tout cas !

Mais si par hasard, vous aimez la moto, alors là, ruez-vous sur cet album, je vous garantis des moments de fous-rires inoubliables.

Un must...que dis-je...un album-culte !!!

 

 

 

Serpieri

Serpieri - Druuna

Sans commentaire particulier...

Juste pour le plaisir des yeux...

Pas vraiment une case favorite mais je trouve que Serpieri dessine merveilleusement La Femme...

...et spécialement la sienne !

Et qui avouera n'avoir jamais fantasmé (ou phantasmé ?) sur une case des albums de Druuna ?

Et puis...et puis...c'est tout...

J'avais envie de me faire plaisir et si d'autres apprécient...et bien tant mieux !

 

 

 

 

Vicomte

Vicomte - Sasmira

Petite précision : je suis un fan absolu de la série de Vicomte donc impossible de ne pas trouver ici une case de l'album.
J'ai choisi celles-ci pour la finesse du trait, la délicatesse et la douceur qui s'en dégagent mais il y en a plein d'autres qui mériteraient de s'y trouver. Ceux qui connaissent l'album les situeront sans difficulté mais on peut déjà deviner dans le regard de Stan, l'intérêt nouveau qu'il porte à Bertille, métamorphosée par les vêtements anciens.

Un de mes albums préférés...

 

 

 

Loisel

Loisel - La Quête de l'Oiseau du Temps

Série culte, La Quête de l'Oiseau du Temps mérite son succès : un scénario de Le Tendre merveilleusement construit, le dessin vivant et original de Loisel, des personnages attachants et consistants et enfin ce dénouement inattendu.
J'ai choisi cette case car elle marque la fin d'un rêve, celui de Bragon qui a cru un moment que Pelisse était sa fille alors qu'en réalité elle n'était qu'une illusion et son rôle terminé, elle retournera au néant...au grand désespoir de Bragon qui se retrouvera seul à se demander quel va maintenant être le sens de sa vie.
Scène très touchante après les péripéties de cette quête...

Une oeuvre majeure de la BD !

 

 

 

  Goetzinger

 

Goetzinger

- La Sultane Blanche

 

 

 

 

 

 

Ah, la Sultane Blanche, qu'est-ce que j'ai pu en parler lorsque j'ai découvert cet album.
Je découvrais Goetzinger par la même occasion et ce fut une révélation. Cet album est superbe à tous points de vue mais l'originalité du scénario de Christin y apporte une touche supplémentaire si c'était encore nécessaire.

Deux destinées parallèles ? Oui, peut-être, l'album présente deux points de vue et le choix des auteurs s'est porté sur la couleur pour l'une et le noir et blanc pour l'autre. Quelle est la vraie ? Est-ce un choix à faire ou les deux ont-elles existées ? A vous de voir mais prenez votre temps, ne bâclez pas votre lecture...

Cet album est un bijou, il mérite qu'on le respecte...

 

 

 

Giraud

Giraud - Blueberry

Comment ne pas retrouver une case de Giraud dans une sélection pareille ?
Il ne s'agit pas ici du scan d'un album mais d'une sérigraphie se trouvant dans un port-folio. J'ai choisi ce dessin noir et blanc car il semble représenter l'état d'esprit des héros à un moment de leur histoire. Lassés, fatigués voire démoralisés, ils sont perdus dans leurs pensées et n'ont plus rien à voir avec les personnages qu'ils sont d'habitude, forts en gueule, exubérants ou agités.
Ils ont l'air de prendre leurs marques avant de relancer la machine...ce qui ne saurait tarder si on connaît quelque peu Charlier !

Une case symbolique !

 

 

 

Swolfs

Swolfs - Le Prince de la Nuit

Contrairement à ce qu'on aurait pu penser, je n'ai pas choisi une case de Durango mais bien du Prince de la Nuit car je trouve que dans cette série, et surtout au troisième tome, que Swolfs atteint le sommet de son art. Certaines cases sont superbes soit par le dessin en lui-même soit par la mise en couleur, parfaitement maîtrisée dans ce cycle.

Pour cette scène, on retrouve la mise en scène classique de Durango : le face à face, le gros plan sur le regard et le retour sur l'adversaire. Les décors et la lumière ont également leur importance et je trouve cette présentation intéressante et bien équilibrée, on sait immédiatement vers quoi on va, même si on ne voit que ces 3 cases hors contexte.

Du beau boulot !

 

 

 

Conrad

Conrad - Les innommables

Ah les Innommables !

Quel délire, quel jubilation de voir enfin en BD ce que personne n'avait jamais osé avant Yann et Conrad. Cette case termine le cycle actuel de la série mais il y a deux fins possibles. J'ai choisi celle qui se termine bien car d'après moi plus représentative du vrai caractère de Mac et apportant un peu de tendresse après tant d'horreur et de cynisme.

A lire et à relire...

 

 

 

Servais

Servais - Montagne Fleurie

J'ai toujours beaucoup aimé Servais, déjà à l'époque de Tendre Violette où sa maîtrise du noir et blanc faisait merveille.
Cet album-ci devait je pense faire partie d'une série (Les Voyages Clos) mais il n'a jamais eu de suite et pourtant c'est peut-être un des plus sensibles que Servais ait jamais fait.
L'histoire raconte l'attachement, sans aucune ambiguïté pour le lecteur, d'un homme d'âge mûr pour une petite fille asiatique. Lorsque celui-ci reviendra en Europe, il se mariera mais ne pourra jamais oublier ce visage et essaiera de retrouver le charme de l'enfant en adoptant une autre fillette européenne. Mais le regard des gens, l'incompréhension des uns et la bêtise des autres feront qu'il n'aura comme seule issue que de retourner vers l'Orient qui lui apportera l'apaisement auquel il aspire.

Une merveille de délicatesse...

 

 

 

Godard

Godard - Martin Milan

Martin Milan m'a séduit dès la première histoire lue (Eglantine de ma jeunesse) et ne m'a jamais déçu.
Cet aviateur, baroudeur au grand coeur, traversera des aventures comme tant d'autres héros mais en ayant une vision différente, affrontant les événements avec une certaine distance. C'est un (anti) héros très différent de ceux qu'on rencontre habituellement, il y a toujours une certaine profondeur dans le caractère de ce personnage et chaque album peut amener une réflexion, pour les enfants comme pour les adultes.
Il s'agit ici d'une page de garde d'un album racontant diverses petites histoires, tendres, sensibles, émouvantes, nostalgiques.
"Il s'appelait Jérôme" est un bon album pour débuter si vous ne connaissez pas encore Godard et son héros bougon.

Une vraie "Madeleine de Proust"...

 

 

 

Sokal

Sokal - Canardo : Le Chien debout

Sokal et son anti-héros véritable, l'ineffable Canardo !
Il rencontrera ici Fernand, le chien debout, qui rentre d'Algérie où il était parti suite à un chagrin d'amour. Le retour sera violent, cruel, impitoyable et même horrifique pour le héros qui sera amené à commettre l'inpensable, l'interdit absolu.
Le talent de Sokal est de nous décrire un monde animalier mêlé au monde réel mais à des années-lumières d'un Walt Disney.
Canardo, parodiant l'inspecteur Colombo, le mégot aux lèvres, alcoolique, coureur, sans beaucoup de scrupules détonne vraiment dans la production BD mais c'est ce qui fait le charme de ces histoires que le héros traverse souvent en spectateur
Cet album se termine sur cette case superbe où après avoir traversé des épreuves marquantes, notre bon Fernand se pose des questions sur son avenir et je trouve sa dernière phrase fabuleuse, surtout quand on connaît le contexte de la série : "Courir tout nu...à quatre pattes...!"

Une série à part qu'il faut découvrir...

 

 

 

Lepage

Lepage - La terre sans mal

Le superbe album de Lepage et Sibran aura marqué l'année 1999.
Le retour à la grande Aventure, une quête symbolique, des endroits dépaysants, les secrets d'une autre civilisation et une héroïne "à l'ancienne", qui s'implique, tout est réuni pour emporter le lecteur au travers de l'Amazonie vers cet Eldorado rêvé.

Mais certains rêves peuvent se transformer en déception amère...

Un des aspects les plus intéressants de cet album est la mise en couleur directe utilisée par Lepage qui arrive à donner à ses planches une lumière extraordinaire...

 

 

 

Franquin

© Dupuis pour la vignette
© Marsu Productions pour Gaston

Franquin - Gaston

Case clôturant l'album de Gaston n°13 (Lagaffe mérite des baffes), elle est exceptionnelle dans cette série par le fait que pour la première fois en 850 gags, Gaston se laisse aller à la violence physique et qui mieux que De Mesmaeker pouvait en être la victime, celui qui représente quasiment tout ce que Gaston n'est pas.
Il faut savoir que les cases précédentes le représentaient dans une situation idyllique avec Moiselle Jeanne, son chat et sa mouette, situation rêvée bien sûr et que le personnage de De Mesmaeker interrompt à l'intérieur même de son rêve. Et là Gaston se révoltera de la façon la plus spectaculaire qui soit !

Il s'agit vraiment d'une rupture et la signature de Franquin l'indique clairement, il est complice, il a ENFIN réalisé ce dont chacun rêvait depuis longtemps...

Une case symbole...

 

 

 

Frank

Frank - Zoo

Une autre case symbole terminant quasiment le tome 1 de cette merveilleuse trilogie (en cours), le moment où Manon exploitant les perceptions sensorielles d'Anna lui faire retrouver si pas l'odorat, du moins certaines sensations lui permettant de "sentir" les choses.

Un moment-clé de l'histoire et une belle case colorée dans cet album aux tons plutôt sépia.

 

 

 

 

Beautemps - Elfaniel

Une petite histoire extraite d'une aventure de Michael Logan par Beautemps, hélas disparu aujourd'hui, et d'un scénariste prolifique du nom de Van Hamme.
Si cette histoire fait penser au Petit Prince de St Exupéry, le côté tendre et poétique qui s'en dégage est tellement loin des productions de Van hamme aujourd'hui qu'on peut se demander s'il n'aurait pas parfois raté l'aiguillage.
Le dessin élégant de Beautemps en fait un petit bijou méconnu...

 

Updated : 26-08-2001