Rogon_titr3.jpg (8016 bytes)

titr_introduction

Ayant été séduit tant par le dessin de Chabert que par le scénario de Convard, j'ai eu envie de consacrer ces quelques pages à cette série injustement peu connue.

Le scénario offre une nouvelle approche des légendes celtes et particulièrement celle de l'Enchanteur Merlin auquel s'est joint un nouveau personnage de légende : Rogon le Leu, mi-homme ni loup.

"Avec Rogon le Leu, explique Didier Convard, j'ai voulu transcrire ma vision de ce qu'a été le début du Moyen Age, c'est à dire une frontière entre l'univers polythéiste des traditions passées et le monde plus gris du monothéisme. Le christianisme a balayé toutes les connaissances et le style de vie qui l'ont précédé. L'écologie, la joie de vivre, sont devenues païennes, donc condamnables. Pour traduire la confrontation de ces deux mondes, j'ai imaginé un récit à la Roméo et Juliette. C'est une histoire d'amour que j'ai voulue dénuée de mièvrerie, entre Rogon, un païen héritier de Merlin l'Enchanteur, qui représente la magie et l'obéissance aux règles écologiques, et Tryphina, une princesse noble qui vient d'un monde civilisé, nouvellement religieux puisque le christianisme n'était alors vieux que de six siècles."

Le dessin de Chabert se prête à merveille à ce type de récit mais ce sont surtout les couleurs qui donnent le ton, si j'ose dire. Le lecteur baigne littéralement dans cet univers de contes et légendes et les habitants de la forêt sacrée prennent petit à petit une autre dimension. On ressent nettement la différence entre le monde "du dehors" et le cocon de cette forêt menacée, rien que par les couleurs utilisées. De même les scènes violentes adoptent elles aussi une couleur propre, dans un mélange de rouge et noir alors que les scènes plus romantiques entre Rogon et Tryphina sont lumineuses et plutôt dans les tons pastels.
L'évolution est surtout marquante dans le 3e album où l'on a l'impression que Chabert a utilisé une autre technique de mise en couleur, la rupture étant flagrante.

"J'étais déjà venu voir les Editions Delcourt à plusieurs reprises pour leur présenter mes dessins, explique Alexis Chabert. Ce qui m'a intéressé dans Rogon, c'est l'approche symbolique du scénario ainsi que l'ambiance du haut Moyen Age, que j'ai toujours aimée. Et puis, j'adore la Bretagne et la culture celte !
Au départ, je suis illustrateur. J'ai dû comprendre en quoi une planche de BD devait être homogène, harmonieuse. J'ai eu du mal à conserver à l'encrage la dynamique du crayonné. Mais au-delà du dessin, le but que je me fixe est de chercher un esprit, de dégager une atmosphère qui soit le reflet de la symbolique des idées. Il faut qu'il y ait du mystère dans les pages."

La série Rogon le Leu comportera 4 albums, Chabert venant de terminer ce dernier,  après quoi il se consacrera à une nouvelle série.

 

Albums             Auteurs            Divers