Gorille.jpg (16555 bytes)  Le gorille a bonne mine (1959)

L'album contient également une histoire courte :

  • Vacances sans histoire

 

  • Le gorille a bonne mine raconte comment Fantasio entraîne Spirou en Afrique afin de faire un reportage sur les gorilles, s'étant pour cela fait confectionner un costume spécial.
    Arrivés en Afrique, ils se retrouveront vite mêlés à une sombre affaire de trafic d'or et d'esclavagisme, la chasse aux gorilles contrariant les petites affaires des trafiquants.
    Le costume de gorille de Fantasio lui permettra de faire son reportage et nos héros en profiteront également pour faire cesser le trafic et libérer les esclaves. On retrouvera aussi le Marsupilami aux prises avec quelques animaux sauvages inconnus de lui mais dont il s'accommodera parfaitement.

Autre histoire se passant en Afrique, ce scénario-ci me semble un peu plus faible, de nouveau à cause du dépaysement : l'Afrique c'est exotique mais ça manque de repères.
Les amateurs du Spirou de Franquin préfèrent en général les aventures mettant en scène Champignac ou des personnages connus. Ici aucun repère, aucune tête connue, juste une somme toute banale histoire de trafic ou alors presque un documentaire sur la vie des gorilles.
De plus le titre aurait dû être
'Le gorille a mauvaise mine' mais chez Dupuis, on avait trouvé ce titre trop négatif d'où le changement demandé.

  • Vacances sans histoires nous montre Spirou et Fantasio en vacances sur la côte avec leur Turbotraction. Garant soigneusement leur voiture, ils ne se doutent pas que le roi Ibn-Mah-Zoud, richissime monarque mais totalement irresponsable au volant va leur voler leur voiture par inadvertance, en effet il en possède une rouge mais comme il est daltonien, il prendra la bleue de nos héros. Ceci va déclencher une des ballades automobiles les plus dévastatrices de l'histoire de la BD, il faudrait aller chercher Tillieux pour faire mieux, pour arriver enfin à la pulvérisation pure et simple de la Turbotraction de nos amis.
    Dépités, nos amis rentrent chez eux et c'est alors que Fantasio ramènera un engin farfelu : une De Dion Bouton de 1918 mais "légèrement trafiquée" par ses soins. En fait il s'agit d'une voiture-gadget (n'oublions pas que Fantasio est quand même un inventeur doué) qui horripile Spirou mais qui fera le bonheur d'Ibn-Mah-Zoud, venu en compagnie de Roulebille leur offrir une Turbot 2, voiture de rêve, en dédommagement.

Cette petite histoire est vraiment jubilatoire.
Hormis le fait qu'elle nous apporte la nouvelle Turbotraction, elle nous présente le roi Ibn-Mah-Zoud, un des plus beaux farfelus de la série et qui avec sa ballade effroyable nous offrira un formidable éclat de rire.
Une vraie bouffée d'oxygène...