Mauvaise.jpg (17435 bytes)  La mauvaise tête (1956)

Cet album contient également une courte histoire en 2 planches :

  • Touchez pas aux rouges-gorges !

 

 

  • La mauvaise tête raconte comment Fantasio, ayant été injustement accusé du vol d'un masque précieux dans un musée sous l'oeil d'une caméra de surveillance, n'a d'autre solution que la fuite pour essayer de retrouver le vrai coupable. Une véritable course poursuite s'engagera mais Fantasio se fera capturer par la police.
    Certain de son innocence, Spirou fera tout pour prouver que son ami n'est pas coupable ce qui le replacera face à Zantafio, devenu un petit escroc minable et essayant de se venger de son cousin. La découverte d'un masque en matière plastique reproduisant les traits de Fantasio facilitera la compréhension des juges qui le libèreront mais non sans que Spirou ait à traverser, seul pour une fois, quelques épreuves pénibles.

Sans doute l'album de Spirou le plus noir, le plus "sérieux" et contenant le moins d'humour.
Il se déroule comme un véritable polar, la machination à l'encontre de Fantasio étant parfaitement organisée, on ne voit pas comment il pourrait s'en sortir. Pour la première fois depuis longtemps, Spirou va devoir se débrouiller tout seul, sans Fantasio, sans le Marsupilami, sans le Comte de Champignac pour l'aider. On le découvrira épuisé, blessé, amnésique même un moment, tout ça par amitié pour Fantasio.
Je ne sais pas si cet épisode à part était intentionnel de la part de Franquin mais pour une fois, il s'écarte du schéma classique de l'aventure partagée par les deux copains pour nous présenter un véritable drame et où tout repose sur le personnage (théoriquement) principal de la série. Une sorte de retour aux sources de la notion de héros, pas spectaculaire mais motivé par un sentiment noble : l'amitié.
De plus les ennemis cette fois-ci ne sont pas des espions, des aventuriers ou des militaires mais de petits escrocs minables vivant dans un endroit sordide et animés soit par l'appât du gain soit par la vengeance, ce côté sombre ne faisant que renforcer le sentiment de malaise rencontré au travers de cet album.
Tout comme Hergé dessina un album au ton plus "sérieux" avec
L'Affaire Tournesol, ici Franquin nous livre un roman noir à l'atmosphère lourde dans la meilleure tradition du genre.

  • Touchez pas aux rouges-gorges est une petite histoire en 2 planches présentant le Marsupilami  venant en aide à une famille de rouges-gorges menacés par un chat du voisinage.

Deux planches récréatives placées là encore une fois à titre d'historique.

 

Il existe un tirage limité 975 ex. n+s avec sérigraphie aux Editions du Lion en 1987