Mesozo.jpg (16586 bytes)  Le voyageur du Mésozoïque (1960)

L'album contient également une courte histoire :

  • La peur au bout du fil
  • Scénario : Greg

    Décors : Jidéhem

 

  • Le voyageur du Mésozoïque commence en Antarctique où le Comte de Champignac a découvert un oeuf conservé par le froid depuis 50 millions d'années. Après l'avoir ramené au château, il y invite ses amis savants Schwarz et Black, le biologiste et le savant atomiste Sprtschk pour étudier l'oeuf de Plateosaurus. Le Marsupilami ayant malencontreusement renversé du X2 dans le repas du dinosaure, celui-ci grandit en une nuit et le lendemain Champignac se retrouve avec un dinosaure adulte dans son parc.
    De là s'ensuivront quelques péripéties aux village, traumatisé par l'apparition de la bête, le maire nous laissant quelques rélexions d'anthologie. Bien que végétarien, le dinosaure avalera malencontreusement le savant atomiste juste au moment où celui-ci venait d'inventer une nouvelle bombe à hydrogène effroyable, au (faux) désespoir des autres savants. Finalement malgré l'intervention inutile de l'armée, ils arriveront à isoler le dinosaure sur un bout de falaise où ils pourront l'étudier tranquillement et le ravitailler.
    Désormais Champignac sera le seul village pouvant apposer sur les panneaux publicitaires la mention "Champignac, ses promenades...son dinosaure...!"

Histoire assez surréaliste, elle présente quand même quelques éléments intéressants où Franquin semble régler quelques comptes. D'abord le savant atomiste invité par Champignac afin de le dissuader de continuer ses recherches se fait avaler par le dinosaure, ensuite il nous montre l'incapacité des militaires à gérer un problème qui les dépasse, le côté "commerçant" de certaines personnes face à un événement particulier, dans le bon sens avec le Maire qui en fait profiter le village, dans le mauvais avec le businessman qui propose de signer un contrat pour fabriquer des conserves de dinosaure ou encore l'opposition entre les défenseurs des animaux et ceux des monuments anciens sans parler des réactions instinctives et partagées des villageois.
Amusant aussi, le personnage de Fantasio, victime d'un rhume carabiné, traversera cette histoire sans se rendre compte de rien, lui le grand journaliste passera à côté de l'aubaine, sa dernière phrase sera d'ailleurs "Cette histoire de dinosaure est une parenthèse dans ma carrière !"

  • La peur au bout du fil nous montrera un Comte de Champignac pour le moins inquiétant. Celui-ci ayant bu un résidu de substances nocives résultant d'une expérience, il se transformera en dément obnubilé par une seule idée : faire sauter la statue du maire avec une bombe de métomol.
    Après une course poursuite dans le village et dans le château et avec l'aide de l'ami biologiste, tout rentrera dans l'ordre...sauf qu'on avait oublié de couper le fil du détonateur et que le Marsupilami dans un saut malheureux...

Petite histoire effrayante, non pas par le sujet ou la chute somme toute anodine mais surtout parce que Franquin nous montre le côté noir d'un personnage foncièrement bon, opposé à la violence, antimilitariste donc contre toute forme d'arme et qui brutalement se retrouve à n'avoir plus qu'un seul but : détruire !
Bien que conservant toute sa distinction naturelle, on ne peut nier que le visage du Comte soit inquiétant et on ne saura jamais à quoi s'en tenir tout au long de l'histoire.

Bien que scénarisé par Greg, cette première collaboration ne montrerait-elle pas le côté Mr Hyde d'un Franquin-Dr Jeckyll ?