Nid.jpg (19787 bytes)  Le nid des Marsupilamis (1960)

L'album contient également une courte histoire :

  • La foire aux gangsters
    Décors : Jidéhem

 

 

 

  • Le Nid des Marsupilamis raconte comment Fantasio, venu proposer son reportage sur les gorilles, se fait souffler l'affaire par un autre sujet dont on ne veut rien lui dire. C'est en rentrant chez eux que nos amis retrouveront Seccotine qu'ils avaient laissée en Palombie après l'affaire Zantas et qui a ramené un documentaire sur la vie des Marsupilamis.
    Elle invite nos amis à sa conférence et émerveillés, ceux-ci découvriront l'environnement, la vie et les moeurs des Marsupilamis. C'est un documentaire complet sur une famille qu'elle a ramené avec la rencontre de la Marsupilamie, la création du nid, la ponte des oeufs, l'arrivée des petits ainsi que toute la vie qui se développe autour d'eux, les dangers, les amis et le décor de leur vie au naturel.

Attention : chef d'oeuvre !!!

Sans doute le plus merveilleux album de la série avec la découverte de l'univers du Marsupilami.
Je pense qu'avec cet album, Franquin a atteint un sommet dans l'art de la BD et dans la création. Arriver à imaginer un personnage comme le Marsupilami était déjà une performance mais lui donner une famille, des moeurs, un développement personnel comme dans cet album, là c'est vraiment très très fort. De plus il s'agit en fait d'un documentaire, imaginez qu'il se soit trompé, nous aurions eu un album vide et inintéressant. Au lieu de ça, il nous offre une merveille et on a difficile d'imaginer que cet animal n'existe pas tant il a réussi à nous attacher à lui, à suivre les péripéties des petits aux prises avec le jaguar ou les piranhas, à participer à la construction du nid, fabuleux d'intelligence, d'esthétique, de confort et de sécurité. Il nous offre en plus une Marsupilamie pleine de charme et de féminité, quelques moments de détente avec les pauvres aras ou les malheurs du jaguar à la queue grignotée petit à petit par les piranhas et enfin l'impression d'avoir vu naître une nouvelle espèce animale.
Sa maîtrise du dessin a ce moment est totale, le rythme qui fait la qualité de son oeuvre est ici exploité en plein, c'est bourré de trouvailles et on ne s'ennuie pas une seconde.

Du très grand art, un véritable chef d'oeuvre...!!!

 

  • La foire aux gangsters est en quelque sorte un contrepoint au 'Nid des Marsupilamis'. Il s'agit d'une sombre histoire d'enlèvement d'enfant par une bande composée de boxeurs de foire et commandité en réalité par deux chefs de gangs notoires. Exceptionnellement Gaston tiendra un rôle important dans cette histoire mais c'est avec l'aide d'un des boxeurs au grand coeur que Spirou arrivera à arrêter les gangsters.

Petite histoire très noire, elle bénéficie également d'un climat particulier et rarement traité en BD : la foire et plus précisément les boxeurs. L'apparition de Gaston n'apporte néanmoins pas de côté loufoque à cette histoire, le sujet restant trop grave (l'enlèvement d'un bébé contre rançon).
L'apparition du japonais Soto Kiki au début de l'histoire restera longtemps une énigme : qui est-il, que veut-il, la réponse n'arrivera qu'à la fin.

Bizarrement, il y eu 2 fins à cette histoire, celle de l'album qui se termine bien avec l'arrestation (temporaire) de Gaston et une autre, l'originale, qui présente les 2 chefs de gang rivaux face à leurs destins. C'est cette version assez peu connue que je vous propose ci-dessous.

gangsters.jpg (91233 bytes)

Illustrations issues de La Foire aux gangsters - © Dupuis

Remerciements © Swan pour le scan.

Nidmarsu.jpg (5599 bytes)

 

Il existe un tirage limité du Nid des Marsupilamis :
1000 ex. n+s avec hors-textes couleurs aux Editions du Lion en 1985.